VA


VA

2. va1. aller (V)

VA Symbole du voltampère.

⇒VA, interj.
A. — 1. Fam. Va! [Formule d'exhortation, d'encouragement, de menace ou de dédain] Je t'aime bien, va! Courage, va! Tout s'arrangera, va! Pauvre type, va! Soulagez-vous, va, tant que ça ira! (LAFORGUE, Poés., 1887, p. 66). Vous voulez jouer au plus malin. Ah! misère! Dégourdi, va! (RENARD, Lanterne sourde, 1893, p. 258). V. aller1 ex. 50.
2. Expr. pop. Va donc! [Formule de mépris, précédant gén. une injure] Eh, va donc, fainéant! (LAFORGUE, Moral. légend., 1887, p. 40).
3. Expr. pop., fam. Va pour (+ nom de chose ou de pers.). [Formule exprimant le consentement résigné] Va pour cent francs! Va pour une brique (CAR. Argot 1977).
B. — [En compos. pour former des noms ou des loc. inv.]
1. À la va-vite, loc. adv. inv. Trop rapidement et d'une manière peu soignée. Synon. pop., fam. à la six-quatre-deux. Tu as dû lire ça à la va-vite! (COLETTE, Sido, 1929, p. 153). Sartre n'était pas le seul qui m'obligeât à la modestie: Nizan, Aron, Politzer avaient sur moi une avance considérable. J'avais préparé le concours à la va-vite: leur culture était plus solide que la mienne (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 343).
2. À la va-comme-je-te-pousse, loc. adv. inv., fam. En laissant aller les choses, avec insouciance, négligence, n'importe comment, d'une manière désordonnée. Enfants élevés à la va-comme-je-te-pousse. [Antoine] a connu tout: la misère (...) la fortune (...) l'ingratitude (...). Aussi s'est-il fait une philosophie personnelle à la va-comme-je-te-pousse (L. DAUDET, Salons et journaux, 1917, p. 95). Elle était faite de briques rouges réunies à la va-comme-je-te-pousse, et ses portes pareillement étaient rouges, mais d'un rouge plus foncé, couleur de vin ou de sang séché (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 518).
Expr. fam. (C'est) va-comme-je-te-pousse. V. aller1 I B 2 a ex. de Balzac.
3. À tout va, expr. V. tout(-)va (à)
4. Va-de-la-gueule, subst. inv., pop. Goinfre. (Dict. XIXe et XXe s.). Va-de-la-gueule, subst. inv., pop. Personne qui parle beaucoup mais n'agit pas. Synon. fort en gueule, grande gueule. Il vomit, au visage pâmé du brigadier, le flot de son exaspération: âne, bête, cochon, salaud, mouchard, va-de-la-gueule et menteur! (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, p. 66).
5. Va-de-l'avant, subst. masc. inv., fam. Homme entreprenant que rien n'arrête. Alors qu'il se croit un va-de-l'avant et un novateur, son plus grave défaut est d'être borné (L. DAUDET, Dev. douleur, 1931, p. 64).
6. Va-devant, subst. masc. inv., région. (Ouest). Premier domestique de culture. [Séverin] était va-devant. Après lui venait un second valet (P. RÉZEAU, Notes sur le lexique d'Ernest Pérochon ds R. Ling. rom. t. 42 1978, p. 120).
8. Va-te-laver, subst. masc., pop., vx. Gifle. Il regardait les gens, tout prêt à leur administrer un va-te-laver, s'ils s'étaient permis la moindre rigolade (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 618).
9. Va-t-en-guerre, subst. inv., fam. Belliciste. Cette convergence entre les thèses modérées de la bourgeoisie libérale palestinienne et celles des communistes palestiniens ne peut que renforcer la tendance dite réaliste, au sein de la direction de l'O-L-P. Elle s'efforcera sans doute d'imputer aux va-t-en-guerre du « Front du Refus » la responsabilité des rêves palestiniens au Liban (Le Nouvel Observateur, 30 août 1976, p. 37, col. 3).
10. Va-tout.
Prononc. et Orth.:[va]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1610 en interj. (BÉROALDE DE VERVILLE, Le Moyen de parvenir, éd. A. Tournon, p. 213: Je ne m'ébahis, si tu fus hérétique [...] Va, je te le dirai: c'est pource qu'il ne boit que de l'eau); 1621 (J. CAMUS, Agathonphile, p. 74: va, va, si jamais mon juste courroux...); 2. 1623 (J. AUVRAY, Le Banquet des Muses, p. 329: va donc cocu, va te cacher); 1740 (MARIVAUX, L'Épreuve, p. 524: eh! va donc); 3. 1725 (ID., L'Île des Esclaves, p. 531: va donc pour la moitié); 1784 (DIDEROT, Jacques le Fataliste, p. 567: va pour vingt-quatre francs). 2e pers. de l'impér. et 3e pers. du sing. de l'ind. prés. du verbe aller1.

1. VA
Électr. Symbole de voltampère.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.